Documents  POPULATION | enregistrements trouvés : 198

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

U V

- 1 P

La part des citadins au sein de la population s'est réduite à 60 % en 1999. L'homogénéisation du peuplement ne peut être attribuée au renouveau des activités agricoles.

FRANCE ; AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- (1p).

Le besoin d'un surcroît de main-d'oeuvre se fait sentir en Europe. L'entrée de travailleurs étrangers de 1991 à 1997. L'immigration de remplacement de 1995 à 2050, simulée pour quelques pays. A peine plus de 22 000 étrangers ont été autorisés à travailer en France en 1999. La France a assoupli l'entrée pour les ingénieurs en informatique, mais refuse d'aller plus loin.
Le besoin d'un surcroît de main-d'oeuvre se fait sentir en Europe. L'entrée de travailleurs étrangers de 1991 à 1997. L'immigration de remplacement de 1995 à 2050, simulée pour quelques pays. A peine plus de 22 000 étrangers ont été autorisés à travailer en France en 1999. La France a assoupli l'entrée pour les ingénieurs en informatique, mais refuse d'aller plus loin.

FRANCE ; UNION EUROPEENNE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- (4p).

Dossier sur l'aire urbaine de Toulouse qui ne cesse de se développer. Rappelons que l'aire urbaine de Toulouse comprend : la commune de Toulouse, les 57 communes de banlieue et les 197 communes de la couronne périurbaine. Portraits de deux "villes à la campagne" : Merville et Gratentour.

HAUTE-GARONNE ; TOULOUSE ; GRATENTOUR ; POPULATION ; BANLIEUE

... Lire [+]

U V

- 1p

Le nombre de communautés d'agglomération s'est encore considérablement accru en 2000, passant de 50 à 90. La population concernée a doublé pour atteindre 11,5 millions de personnes environ.

Aménagement du Territoire et développement local ; FRANCE ; COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- 1p

L'arrivée de 360 000 personnes entre 1990 et 1999 dans la région freine le vieillissement de la population. Le mouvement profite surtout à la Haute-Garonne.

MIDI-PYRENEES ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- 1 p

Inexorablement, la population européenne diminue. Les pays divergent sur les solutions à apporter. L' immigration peut être une solution obligée mais pas suffisante.

Economie et Conjoncture ; UNION EUROPEENNE ; POPULATION ; DEMOGRAPHIE

... Lire [+]

U V

- 1p

Le plan d'occupation des sols (POS) de la commune de Balma, créé en 1986, enregistre une deuxième révision. Les points forts de la révision sont: assurer l'équilibre entre habitat et activités économiques; une croissance contrôlée de la population avec une perspective de 13 500 habitants en 2004 et 17 500 en 2015; la prise en compte de l'appartenance à la communauté d'agglomération; la primauté donnée à l'intérêt général sans négliger les intérêts particuliers. Il ne faut pas oublier que le POS sera relayé dans quelques mois par le PLU (plan local d'urbanisme) qui devra être en conformité avec les dispositions de la loi SRU.
Le plan d'occupation des sols (POS) de la commune de Balma, créé en 1986, enregistre une deuxième révision. Les points forts de la révision sont: assurer l'équilibre entre habitat et activités économiques; une croissance contrôlée de la population avec une perspective de 13 500 habitants en 2004 et 17 500 en 2015; la prise en compte de l'appartenance à la communauté d'agglomération; la primauté donnée à l'intérêt général sans négliger les ...

Aménagement du Territoire et développement local ; LOGEMENT ; DOCUMENT D'URBANISME ; POLITIQUE SOCIALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 107 - pp 1-84, (84p)

Document de fond. Données chiffrées. L'Insee prévoit un gain moyen de population de 13 900 habitants par an pour Midi-Pyrénées, d'ici à 2030. Projections tendantielles de population par département et pour les aires urbaines de la région. Dans les trente années à venir, l'aire urbaine de Toulouse, de plus en plus peuplée, conservera son carctère jeune. Cette aire urbaine accueille à tout âge plus d'habitants qu'elle n'en voit partir.
Document de fond. Données chiffrées. L'Insee prévoit un gain moyen de population de 13 900 habitants par an pour Midi-Pyrénées, d'ici à 2030. Projections tendantielles de population par département et pour les aires urbaines de la région. Dans les trente années à venir, l'aire urbaine de Toulouse, de plus en plus peuplée, conservera son carctère jeune. Cette aire urbaine accueille à tout âge plus d'habitants qu'elle n'en voit partir.

MIDI-PYRENEES ; POPULATION ; PROSPECTIVE

... Lire [+]

U V

- 1p

15 000 habitants supplémentaires arrivent chaque année dans l'agglomération toulousaine. Ils s'installent de plus en plus loin du centre ville de Toulouse. L'aire urbaine de Toulouse compte désormais 920 000 personnes et recouvre 255 communes, situées pour certaines en dehors du département de la Haute-Garonne. Un tel étalement est devenu préoccupant : il faut sans cesse construire de nouvelles routes pour répondre aux bouchons qui se multiplient, tirer des lignes électriques..... Le directeur de l'AUAT, Jean-Marc Mesquida a déclaré qu'il fallait lutter contre l'étalement urbain.
15 000 habitants supplémentaires arrivent chaque année dans l'agglomération toulousaine. Ils s'installent de plus en plus loin du centre ville de Toulouse. L'aire urbaine de Toulouse compte désormais 920 000 personnes et recouvre 255 communes, situées pour certaines en dehors du département de la Haute-Garonne. Un tel étalement est devenu préoccupant : il faut sans cesse construire de nouvelles routes pour répondre aux bouchons qui se m...

Actualité locale et régionale ; TOULOUSE ; POPULATION ; AMENAGEMENT URBAIN ; URBANISATION ; AUAT

... Lire [+]

U V

- 1 p

Depuis une dizaine d'années, Toulouse est la 2ème ville de France à connaître une croissance démographique supérieure à 14 %. La population atteint les 964 797 habitants dont 761 100 citadins. La Haute-Garonne est un département relativement riche avec un revenu net imposable par foyer et par an de 21, 844 euros. En revanche, il y a peu de très grandes fortunes. Seuls 0,3 % de Toulousains sont assujettis à l'ISF (impôt sur la fortune). La population active toulousaine est l'une des plus qualifiée de France après celles de Paris et Grenoble.
Depuis une dizaine d'années, Toulouse est la 2ème ville de France à connaître une croissance démographique supérieure à 14 %. La population atteint les 964 797 habitants dont 761 100 citadins. La Haute-Garonne est un département relativement riche avec un revenu net imposable par foyer et par an de 21, 844 euros. En revanche, il y a peu de très grandes fortunes. Seuls 0,3 % de Toulousains sont assujettis à l'ISF (impôt sur la fortune). La ...

Actualité locale et régionale ; HAUTE-GARONNE ; DEMOGRAPHIE ; POPULATION ; EMPLOI ; STATISTIQUE

... Lire [+]

U V

- n° N° 110 - pp 1-87 (87p)

Document de fond. Données chiffrées. Au dernier recensement de la population, en 1999, 1 310 000 femmes vivaient en Midi-Pyrénées, soit 66 000 femmes de plus que d'hommes. Les femmes sont plus nombreuses dans les générations âgées. La progression du nombre de femmes. La situation des femmes immigrées. Les femmes et la santé : les naissances et les IVG, les principales causes de décès. Les femmes et la formation : parmi les générations les plus jeunes, les femmes sont plus diplômées que les hommes, les filles sont plus nombreuses à l'université, sauf dans les disciplines scientifiques. Les femmes sont de plus en plus actives, et tous les métiers se féminisent. Les femmes travaillent souvent à temps partiel et leur taux de chômage est supérieur à celui des hommes. Même mieux formées, les femmes entrent plus difficilement dans la vie active. Le statut de travailleur indépendant sans salarié se féminise. Un créateur d'entreprise sur trois est une femme. En Midi-Pyrénées, les entreprises créées par des femmes résistent mieux qu'au niveau national. Les salaires sont plus faibles pour les femmes et les écarts de salaires sont plus importants pour les fonctions supérieures. Des perspectives de retraite en légère amélioration pour les femmes. Faible présence des femmes dans la vie politique. Chiffres clés par département. Bibliographie.
Document de fond. Données chiffrées. Au dernier recensement de la population, en 1999, 1 310 000 femmes vivaient en Midi-Pyrénées, soit 66 000 femmes de plus que d'hommes. Les femmes sont plus nombreuses dans les générations âgées. La progression du nombre de femmes. La situation des femmes immigrées. Les femmes et la santé : les naissances et les IVG, les principales causes de décès. Les femmes et la formation : parmi les générations les plus ...

MIDI-PYRENEES ; FEMME ; EGALITE PROFESSIONNELLE ; POPULATION ; SANTE ; ENSEIGNEMENT ; CREATION D'ENTREPRISE ; SALAIRE ; EMPLOI ; CONDITIONS DE VIE

... Lire [+]

U V

- n° N° 875 - 4 p

Mises en couple plus tardives des jeunes, unions plus fragiles, remises en couple moins fréquentes après une rupture : tous ces phénomènes tendent à accroître le nombre de ménages et donc aussi la demande potentielle en logements. Pour autant, la forte croissance du nombre de ménages au cours des dix dernières années s'explique principalement par le vieillissement de la population, les ménages de personnes âgées comprenant un nombre de personnes plus faible que la moyenne.
Si ces tendances se prolongent, le nombre de ménages augmenterait de 228 000 par an en moyenne de 2000 à 2010. En supposant que la part des résidences principales et des logements vacants au sein du parc de logements reste stable, celui-ci s'accroîtrait en moyenne de 275 000 par an sur la même période : pour satisfaire la demande potentielle en logements correspondante, il faudrait construire 320 000 logements de 2000 à 2004 et 290 000 de 2005 à 2009.
Mises en couple plus tardives des jeunes, unions plus fragiles, remises en couple moins fréquentes après une rupture : tous ces phénomènes tendent à accroître le nombre de ménages et donc aussi la demande potentielle en logements. Pour autant, la forte croissance du nombre de ménages au cours des dix dernières années s'explique principalement par le vieillissement de la population, les ménages de personnes âgées comprenant un nombre de personnes ...

POPULATION ; LOGEMENT ; IMMOBILIER

... Lire [+]

U V

- 1 p

Selon une récente étude de l'Insee, les quartiers dits sensibles de Midi-Pyrénées, ont perdu entre 1990 et 1999, 11 % de leur population. Le pourcentage de logements vacants est passé de 7 % à 10 % du parc, avec une pointe à 13 % pour les quartiers la Reynerie et de Bellefontaine. "Ceux qui partent sont ceux qui ont un emploi et qui sont les plus diplômés", précise le rapport. Alors que le taux de chômage des moins de 25 ans a globalement baissé de 5 % sur les 716 zones étudiées sur l'ensemble du territoire, 50 % des jeunes actifs, résidant dans les zones sensibles de Midi-Pyrénées, étaient chômeurs en 1999, contre 32 % neuf ans plus tôt.
Selon une récente étude de l'Insee, les quartiers dits sensibles de Midi-Pyrénées, ont perdu entre 1990 et 1999, 11 % de leur population. Le pourcentage de logements vacants est passé de 7 % à 10 % du parc, avec une pointe à 13 % pour les quartiers la Reynerie et de Bellefontaine. "Ceux qui partent sont ceux qui ont un emploi et qui sont les plus diplômés", précise le rapport. Alors que le taux de chômage des moins de 25 ans a globalement baissé ...

Actualité locale et régionale ; MIDI-PYRENEES ; CHOMAGE ; POPULATION ; LOGEMENT

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. Population de l'Ariège en mars 1999 : 137 205 habitants. Le département a gagné 800 habitants en 10 ans. Le pouvoir attractif du département se concentre dans la vallée de l'Ariège, de Saverdun à Foix. L'aire urbaine de Pamiers a connu une forte croissance en 10 ans. Le département compte 88 600 logements dont 65 % de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a doublé depuis1975. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 21 973 euros en 1999 est le plus faible de la région. Le salaire moyen annuel est de 15 373 euros et les femmes ont un salaire de 22 % inférieur à celui des hommes. L'emploi a augmenté au cours des 10 dernières années grâce à l'essor du secteur tertiaire. En 2001, l'Ariège comptait 49 000 emplois dont plus de la moitié dans les services. L'emploi non salarié diminue depuis 1990 de 3,2% par an en moyenne et près de 3 000 emplois non-salariés ont ainsi disparu en 10 ans. L'agriculture, secteur le plus touché a perdu 1 800 emplois. 4 200 chômeurs étaient inscrits à l'ANPE en juin 2002. L'industrie compte 943 établissements et emploie 8 500 salariés. Le secteur tertiaire emploie 21 800 salariés. Les services regroupent 2 570 établissements et 15 700 salariés. L'Ariège compte 74 hôtels classés de 0 à 3 étoiles, pour près de 1 400 chambres et propose 58 campings pour 4 600 emplacements. La surface agricole s'est maintenue à 210 000 ha depuis 1988, mais le nombre d'exploitations a diminué de 40 %.
Document de fond. Données chiffrées. Population de l'Ariège en mars 1999 : 137 205 habitants. Le département a gagné 800 habitants en 10 ans. Le pouvoir attractif du département se concentre dans la vallée de l'Ariège, de Saverdun à Foix. L'aire urbaine de Pamiers a connu une forte croissance en 10 ans. Le département compte 88 600 logements dont 65 % de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a doublé depuis1975. Le revenu ...

ARIEGE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. L'Aveyron avait 263 800 habitants en mars 1999 : le département a perdu 6 300 habitants en 10 ans. Les aires urbaines de Rodez et Millau ont connu une légère croissance. Le département compte 150 000 logements dont 73% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a augmenté de 15 % dans l'aire urbaine de Rodez. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 547 euros en 1999 est l'un des plus faibles de la région. Le salaire moyen annuel, de 15 277 euros, est le plus bas de Midi-Pyrénées, et les femmes ont un salaire de 21 % inférieur à celui des hommes. L'emploi augmente depuis 1996, grâce au développement du secteur tertiaire. En 2001, l'Aveyron comptait 106 000 emplois dont plus de la moitié dans les services. L'emploi non-salarié diminue depuis 1990 de 3% par an, en moyenne. L'agriculture, secteur le plus touché a perdu 6 300 emplois en 10 ans, mais regroupe encore la moitié des non-salariés. 5 000 chômeurs étaient inscrits à l'ANPE en juin 2002. L'industrie compte 1 819 établissements et emploie 16 900 salariés. Le secteur tertiaire emploie 21 800 salariés. C'est dans l'industrie agroalimentaire que l'emploi industriel est le plus important. Le secteur de l'habillement a perdu 630 salariés depuis 1990. Les services regroupent 5 070 établissements et 32 000 salariés. L'Aveyron compte 181 hôtels classés de 0 à 4 étoiles, pour plus de 3 600 chambres et propose 125 campings pour 9 300 emplacements. La surface agricole s'est maintenue à 515 000 ha depuis 1988, mis en valeur par 10 400 exploitations, qui font principalement de l'élevage.
Document de fond. Données chiffrées. L'Aveyron avait 263 800 habitants en mars 1999 : le département a perdu 6 300 habitants en 10 ans. Les aires urbaines de Rodez et Millau ont connu une légère croissance. Le département compte 150 000 logements dont 73% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a augmenté de 15 % dans l'aire urbaine de Rodez. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 547 euros en 1999 est ...

AVEYRON ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. La Haute-Garonne avait 1 046 000 habitants en mars 1999 : le département a gagné 120 000 habitants depuis 1990. Les évolutions sont différentes entre le nord et le sud : les arrondissements de Muret et Toulouse ont gagné 122 000 habitants, et celui de Saint-Gaudens en a perdu 2 000. Le département compte 500 000 logements dont 88% de résidences principales. L'on compte 18 000 résidences secondaires en Haute-Garonne, soit 4 % du parc total de logements. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 27 261 euros en 1999 place la Haute-Garonne parmi les premiers départements français. Le salaire moyen annuel, de 18 574 euros, se situe au neuvième rang national. Les cadres représentent 45 % de l'ensemble des salariés. Les femmes ont un salaire de 28 % inférieur à celui des hommes. L'emploi augmente depuis 1990 grâce au développement du secteur tertiaire qui compense fortement les pertes d'emplois de l'agriculture et de la construction. L'emploi non-salarié a perdu 9 000 emplois depuis 1990. Près de 16 000 emplois ont été créés en Haute-Garonne en 2000. 46 800 chômeurs étaient inscrits à l'ANPE en juin 2002, ce qui représente une baisse de 2,6% en un an. L'industrie compte 4 964 établissements et emploie 67 800 salariés dont 17 700 dans la construction aéronautique et spatiale. Le secteur tertiaire emploie 260 000 salariés. Les services regroupent près de 23 800 établissements. Le département compte près de 13 580 établissements commerciaux dont 61 % dans le commerce de détail. La Haute-Garonne compte 246 hôtels classés de 0 à 4 étoiles, avec 9 400 chambres dont près des deux tiers dans l'agglomération toulousaine, et propose 45 campings pour 3 500 emplacements. Le nombre d'exploitations agricoles a beaucoup baissé et la surface agricole, 390 000 ha ne représente plus que 60 % de la surface du département.
Document de fond. Données chiffrées. La Haute-Garonne avait 1 046 000 habitants en mars 1999 : le département a gagné 120 000 habitants depuis 1990. Les évolutions sont différentes entre le nord et le sud : les arrondissements de Muret et Toulouse ont gagné 122 000 habitants, et celui de Saint-Gaudens en a perdu 2 000. Le département compte 500 000 logements dont 88% de résidences principales. L'on compte 18 000 résidences secondaires en ...

HAUTE-GARONNE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. Le Gers avec 172 335 habitants en mars 1999 :fait partie des départements français les moins peuplés.Le département compte 87 000 logements dont 82% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a doublé depuis 1975. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 596 euros en 1999 est l'un des plus faibles de la région. Le salaire moyen annuel est de 15 324 euros et les femmes ont un salaire de 18 % inférieur à celui des hommes. L'emploi augmente depuis 1996, grâce au développement du secteur tertiaire. En 2001, le Gers comptait 65 600 emplois dont plus de la moitié dans les services. L'emploi non-salarié a perdu près de 8 500 emplois depuis 1990. L'agriculture, secteur le plus touché a perdu 7 000 emplois en 10 ans. Le chômage est en baisse dans le Gers qui comptait 3 700 demandeurs d'emploi en juin 2002. L'industrie compte 1 099 établissements et emploie 6 640 salariés. Les industries agroalimenaires emploient plus de 3 000 personnes. Le secteur tertiaire emploie 29 800 salariés. 2 520 établissements commerciaux sont présents dans le département. Les services regroupent 3 200 établissements et 20 200 salariés. Le Gers compte 73 hôtels classés de 0 à 4 étoiles, pour près de 1 500 chambres et propose 41 campings pour 3 400 emplacements. La surface agricole représente 476 000 ha. Près de 11 % des exploitations ont une superficie supérieure à 100 ha.
Document de fond. Données chiffrées. Le Gers avec 172 335 habitants en mars 1999 :fait partie des départements français les moins peuplés.Le département compte 87 000 logements dont 82% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a doublé depuis 1975. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 596 euros en 1999 est l'un des plus faibles de la région. Le salaire moyen annuel est de 15 324 euros et les femmes ont un ...

GERS ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. Le Lot avec 160 000 habitants en mars 1999 a gagné 4 400 habitants. L'aire urbaine de Cahors a connu une forte croissance. Le département compte 95 000 logements dont 72% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a doublé depuis 1975. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 667 euros en 1999. Le salaire moyen annuel est de 15 226 euros, soit le plus bas de la région, et les femmes ont un salaire de 20 % inférieur à celui des hommes. L'emploi augmente depuis 1996, grâce au développement du secteur tertiaire. En 2001, le Lot comptait 61400 emplois dont plus de la moitié dans les services. L'emploi non-salarié a perdu près de 6 000 emplois depuis 1990 dont 4 500 dans l'agriculture. Le chômage est en baisse dans le Lot qui comptait 4 300 demandeurs d'emploi en juin 2002. L'industrie compte 1 115 établissements et emploie 9 100 salariés. L'agroalimenaire avec 2 300 salariés est le premier secteur du département. Le secteur tertiaire emploie 27 700 salariés. 2 440 établissements commerciaux sont présents dans le département. Les services regroupent 3 300 établissements et 20 100 salariés. Le Lot compte 161 hôtels classés de 0 à 4 étoiles, pour près de 3 000 chambres et propose 112 campings pour 7 000 emplacements. La surface agricole a augmenté de 4 % pour atteindre 220 000 ha, et dans le même temps le nombre d'exploitations agricoles a baissé de 30%.
Document de fond. Données chiffrées. Le Lot avec 160 000 habitants en mars 1999 a gagné 4 400 habitants. L'aire urbaine de Cahors a connu une forte croissance. Le département compte 95 000 logements dont 72% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a doublé depuis 1975. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 667 euros en 1999. Le salaire moyen annuel est de 15 226 euros, soit le plus bas de la région, et ...

LOT ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. Les Hautes-Pyrénées avec 222 400 habitants en mars 1999 a perdu 2 400 habitants. La population de l'aire urbaine de Tarbes est restée stable. Le département compte 130 000 logements dont 72% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a progressé de 18% en 10 ans. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 23 721 euros en 1999. Le salaire moyen annuel avec 15 390 euros, est inférieur au salaire moyen régional, et les femmes ont un salaire de 20 % inférieur à celui des hommes. L'emploi se redresse depuis 1998 après quatre ans de stagnation, grâce au développement du secteur tertiaire. En 2001, les Hautes-Pyrénées comptaient 85 200 emplois dont près des trois quarts dans les services. L'emploi non-salarié a perdu près de 6 000 emplois depuis 1990 dont 3 800 dans l'agriculture. Les Hautes-Pyrénées comptaient 7 200 demandeurs d'emploi en juin 2002. L'industrie compte 1 154 établissements et emploie 11 400 salariés. L'agroalimenaire avec 1 950 salariés est en progression depuis 1990. Le secteur tertiaire emploie 43 150 salariés. 3 310 établissements commerciaux sont présents dans le département en 2001. Les services regroupent près de 5 230 établissements et 32 000 salariés. Les Hautes-Pyrénées comptent 463 hôtels classés de 0 à 4 étoiles, pour environ 19 600 chambres et propose 126 campings pour 9 300 emplacements. La surface agricole est de 231 000 ha.
Document de fond. Données chiffrées. Les Hautes-Pyrénées avec 222 400 habitants en mars 1999 a perdu 2 400 habitants. La population de l'aire urbaine de Tarbes est restée stable. Le département compte 130 000 logements dont 72% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a progressé de 18% en 10 ans. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 23 721 euros en 1999. Le salaire moyen annuel avec 15 390 euros, est ...

HAUTES-PYRENEES ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. Le Tarn avec 343 400 habitants en mars 1999 est stable depuis dix ans. Le dynamisme démographique des cantons limitrophes de la Haute-Garonne et d'Albi compense le dépeuplement de l'est du département. Le Tarn compte 167 300 logements dont 84% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a progressé de 3% en 10 ans. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 23 332 euros en 1999. Le salaire moyen annuel s'élève à 15 767 euros. Les femmes ont en moyenne un salaire inférieur de 22,5 % à celui des hommes. L'emploi se redresse depuis fin 1997 grâce au développement du secteur tertiaire. En 2001, le Tarn comptait 122 400 emplois dont plus de la moitié dans les services. L'emploi non-salarié a perdu près de 8 300 emplois depuis 1990 dont 5 500 dans l'agriculture. Le Tarn comptait 11 700 demandeurs d'emploi en juin 2002. L'industrie compte 2 731 établissements et emploie 21 900 salariés. L'agroalimenaire avec 3 500 salariés a vu ses effectifs augmenter de 30% depuis 1990, mais le textile avec 3 050 salariés, en a perdu 40%. Le secteur tertiaire emploie 57 700 salariés. 4 800 établissements commerciaux sont présents dans le département en 2001. Les services regroupent près de 5 750 établissements et 40 600 salariés. Le Tarn compte 93 hôtels classés de 0 à 4 étoiles, pour environ 1 700 chambres et propose 57 campings pour 2 900 emplacements. La surface agricole est de 316 000 ha.
Document de fond. Données chiffrées. Le Tarn avec 343 400 habitants en mars 1999 est stable depuis dix ans. Le dynamisme démographique des cantons limitrophes de la Haute-Garonne et d'Albi compense le dépeuplement de l'est du département. Le Tarn compte 167 300 logements dont 84% de résidences principales. Le nombre de résidences secondaires a progressé de 3% en 10 ans. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 23 332 euros en 1999. ...

TARN ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- n° N° 10 - pp 1-8 (8 p)

Document de fond. Données chiffrées. Le Tarn-et-Garonne avec 206 000 habitants en mars 1999 a gagné 5 800 habitants en dix ans. Le dynamisme démographique se concentre sur les deux grands axes routiers du département. Le Tarn-et-Garonne compte 96 000 logements dont 85% de résidences principales. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 520 euros en 1999. Le salaire moyen annuel s'élève à 15 500 euros. Les femmes ont en moyenne un salaire inférieur de 22 % à celui des hommes. L'emploi augmente depuis fin 1990, grâce au développement du secteur tertiaire. En 2001, le Tarn-et-Garonne comptait 74 900 emplois dont plus de la moitié dans les services. L'emploi non-salarié a perdu près de 6 400 emplois depuis 1990 dont 4 900 dans l'agriculture. Le Tarn-et-Garonne comptait 7 200 demandeurs d'emploi en juin 2002. L'industrie compte 1 102 établissements et emploie 10 300 salariés. L'agroalimenaire avec 2 570 salariés est le premier secteur industriel du département. Le secteur tertiaire emploie 34 000 salariés. 2 820 établissements commerciaux sont présents dans le département en 2001. Les services regroupent près de 3 390 établissements et 21 600 salariés. Le Tarn-et-Garonne compte 42 hôtels classés de 0 à 4 étoiles, pour environ 860 chambres et propose 41 campings pour 1 966 emplacements. La surface agricole est de 227 000 ha.
Document de fond. Données chiffrées. Le Tarn-et-Garonne avec 206 000 habitants en mars 1999 a gagné 5 800 habitants en dix ans. Le dynamisme démographique se concentre sur les deux grands axes routiers du département. Le Tarn-et-Garonne compte 96 000 logements dont 85% de résidences principales. Le revenu fiscal moyen des ménages qui s'est élevé à 22 520 euros en 1999. Le salaire moyen annuel s'élève à 15 500 euros. Les femmes ont en moyenne un ...

TARN-ET-GARONNE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SECTEUR TERTIAIRE ; HEBERGEMENT TOURISTIQUE ; AGRICULTURE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- 1 p

L'espace rural de Midi-Pyrénées a perdu moins d'habitants durant la dernière décennie, que lors des précédentes. 122 000 habitants sont partis, essentiellement des étudiants, et 147 000 sont venus s'y installer. Beaucoup de nouveaux arrivants sont des retraités et viennent d'Ile-de-France, d'Aquitaine et Languedoc-Roussillon. L'espace rural a perdu 10 000 emplois en dix ans. Les services représentent 58% de l'emploi en milieu rural, surtout dans les secteurs de la santé, de l'éducation et de l'action sociale. L'agriculture a perdu 20 000 emplois. Le commerce s'est transformé. La région a perdu 370 épiceries, 150 boulangeries, mais les supermarchés sont passés de 220 à 270.
L'espace rural de Midi-Pyrénées a perdu moins d'habitants durant la dernière décennie, que lors des précédentes. 122 000 habitants sont partis, essentiellement des étudiants, et 147 000 sont venus s'y installer. Beaucoup de nouveaux arrivants sont des retraités et viennent d'Ile-de-France, d'Aquitaine et Languedoc-Roussillon. L'espace rural a perdu 10 000 emplois en dix ans. Les services représentent 58% de l'emploi en milieu rural, surtout dans ...

Actualité locale et régionale ; Aménagement du Territoire et développement local ; Commerce et distribution ; MIDI-PYRENEES ; ESPACE RURAL ; POPULATION ; COMMERCE DE DETAIL ; SERVICE AU PARTICULIER ; EMPLOI

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-09 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population de l'Ariège est estimée à 139.335 habitants au 1er janvier 2002. L'Ariège est un département attractif, la légère augmentation de population et due aux échanges migratoires. Les nouveaux arrivants se concentrent dans la vallée de l'Ariège, de Saverdun à Foix. L'aire urbaine de Pamiers a connu une forte croissance dans les années 90. L'Ariège compte 88.500 logements dont 66 % en résidences principales. Les résidences secondaires se concentrent dans la partie sud du département. En 2000, le revenu fiscal moyen était le plus faible de la région avec 22.353 euros. En 2001, le salaire moyen annuel en Ariège était de 15.890 euros. Dans le département, plus de 10.400 personnes percevaient en 2001, l'un des minimas sociaux, dont le RMI, pour 33%. Fin 2001, l'Ariège comptait 49.300 emplois, dont plus de la moitié dans les services. Près de 3.000 emplois non-salariés ont disparu dans les années 90, dont 1.900 dans l'agriculture. Le taux de chômage s'est établi à 10,1 % en 2003. Le secteur de l'industrie compte 922 établissements et emploie 8.750 salariés. Le département compte 1.850 établissements commerciaux dont les trois quarts en commerce de détail. Le département ne compte que deux hypermarchés. Les services regroupent 2.670 établissements et 16.000 salariés. L'Ariège compte 75 hôtels de 0 à 3 étoiles pour 1.300 chambres, 60 campings et plus de 4.500 emplacements. En agriculture, les surfaces fourragères représentent 80 % de la surface agricole.
Document de fond. Données chiffrées. La population de l'Ariège est estimée à 139.335 habitants au 1er janvier 2002. L'Ariège est un département attractif, la légère augmentation de population et due aux échanges migratoires. Les nouveaux arrivants se concentrent dans la vallée de l'Ariège, de Saverdun à Foix. L'aire urbaine de Pamiers a connu une forte croissance dans les années 90. L'Ariège compte 88.500 logements dont 66 % en résidences ...

ARIEGE ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-12 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population de l'Aveyron est estimée à 264.857 habitants au 1er janvier 2002. L'Aveyron a perdu 6.300 habitants au cours de la dernière décennie. C'est l'aire urbaine de Decazeville qui a connu la plus forte diminution de population. L'aire urbaine de Rodez et celle de Millau ont connu une légère croissance annuelle. L'Aveyron compte 150.000 logements dont 73 % en résidences principales. Le parc de résidences secondaires a doublé depuis 1975 et atteint 26.200. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages était parmi les plus faibles de la région avec 23.031 euros. En 2001, le salaire moyen annuel en Aveyron était avec 15.756 euros, inférieur de 10% au salaire moyen régional. Dans le département, près de 15.200 personnes percevaient en 2001, l'un des minimas sociaux. Début 2002, l'Aveyron comptait 107.000 emplois, dont un peu plus de la moitié dans les services. L'emploi non-salarié a beaucoup baissé au cours des années 90, et a perdu dont 6.400 emplois dans l'agriculture. Le taux de chômage s'est établi à 5,9 % en 2003. Le secteur de l'industrie compte 1.860 établissements et emploie 17.000 salariés. L'industrie agroalimentaire emploie 5.200 personnes. Le secteur tertiaire emploie 46.700 salariés. Le département compte un peu plus de 3.800 établissements commerciaux dont 60 % dans le commerce de détail. Le département ne compte que six hypermarchés. Les services regroupent 5.400 établissements et 32.500 salariés. L'Aveyron compte 178 hôtels de 0 à 4 étoiles pour 3.600 chambres, 122 campings et plus de 9.300 emplacements. En agriculture, 535.000 ha sont mis en valeur par un peu plus de 10.000 exploitations aux dimensions variables. L'élevage des bovins a progressé, avec 168.000 têtes, et l'effectif des brebis laitières a doublé depuis 1988.
Document de fond. Données chiffrées. La population de l'Aveyron est estimée à 264.857 habitants au 1er janvier 2002. L'Aveyron a perdu 6.300 habitants au cours de la dernière décennie. C'est l'aire urbaine de Decazeville qui a connu la plus forte diminution de population. L'aire urbaine de Rodez et celle de Millau ont connu une légère croissance annuelle. L'Aveyron compte 150.000 logements dont 73 % en résidences principales. Le parc de ...

AVEYRON ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-31 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population de la Haute-Garonne a été estimée à 1.089.752 habitants au 1er janvier 2002. La Haute-Garonne a gagné 120.000 habitants au cours de la dernière décennie. Le arrondissements de Toulouse et Muret ont gagné 122.000 habitants, celui du Comminges en a perdu 2.200. Les cantons du Nord du département, sous l'influence de Toulouse connaissent les plus fortes progressions. La Haute-Garonne compte plus de 500.000 logements dont 88 % de résidences principales. Le parc de résidences principales a fortement augmenté dans l'aire urbaine de Toulouse. Le département ne compte que 18.000 résidences secondaires. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages était le plus élevé de la région et parmi les plus forts des départements français, avec 27.848 euros. 62 % des ménages sont imposés sur le revenu en Haute-Garonne. En 2001, le salaire moyen annuel en Haute-Garonne était avec 19.260 euros, supérieur à la moyenne régionale et nationale. Dans le département, près de 56.500 personnes percevaient en 2001, l'un des minimas sociaux, dont 56 % de femmes. Début 2002, la Haute-Garonne concentrait 45 % des emplois régionaux et comptait près de 475.000 emplois, dont près de 63 % dans les services. L'emploi non-salarié a perdu 8.800 emplois en douze ans, dont 5.000 dans l'agriculture. Le taux de chômage s'est établi à 10,7 % en 2003, avec 53.700 demandeurs d'emploi. Le secteur de l'industrie compte 5.016 établissements et emploie 69.800 salariés, dont 19.170 dans la construction aéronautique et spatiale. Le secteur tertiaire emploie 272.300 salariés. Le département compte près de 13.700 établissements commerciaux dont 60 % dans le commerce de détail. La Haute-Garonne compte quinze hypermarchés. Les services regroupent près de 24.900 établissements et 192.340 salariés. La Haute-Garonne compte 240 hôtels de 0 à 4 étoiles, dont près des deux tiers dans l'agglomération toulousaine, et 9.400 chambres, 46 campings et près de 3.300 emplacements. Le département a perdu 5.000 exploitations a agricoles depuis 1988 et les exploitants se tournent vers les grandes cultures.
Document de fond. Données chiffrées. La population de la Haute-Garonne a été estimée à 1.089.752 habitants au 1er janvier 2002. La Haute-Garonne a gagné 120.000 habitants au cours de la dernière décennie. Le arrondissements de Toulouse et Muret ont gagné 122.000 habitants, celui du Comminges en a perdu 2.200. Les cantons du Nord du département, sous l'influence de Toulouse connaissent les plus fortes progressions. La Haute-Garonne compte plus ...

HAUTE-GARONNE ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-32 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population du Gers est estimée à 173.213 habitants au 1er janvier 2002. Le Gers est l'un des départements français les moins peuplés. La population de la couronne périurbaine d'Auch et des communes proches de Toulouse rajeunit. Le Gers compte 87.000 logements dont 82 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages était parmi les plus faibles de la région avec 23.241 euros. En 2001, le salaire moyen annuel du Gers était de 15.839 euros. Dans le département, près de 11.800 personnes percevaient en 2001, l'un des minimas sociaux. Début 2002, le Gers comptait 66.500 emplois, dont un peu plus de la moitié dans les services. L'emploi non-salarié a perdu 8.600 emplois au cours des années 90, dont 7.000 dans l'agriculture. Le taux de chômage s'est établi à 6,3 % en 2003. Le secteur de l'industrie compte 1.080 établissements et emploie 6.810 salariés dont 3.200 dans l'industrie agroalimentaire. Le secteur tertiaire emploie 30.500 salariés. Le département compte 2.500 établissements commerciaux dont 50 % dans le commerce de détail. Le Gers dispose de 5 hypermarchés. Les services regroupent 3.300 établissements et 20.900 salariés. Le Gers compte 69 hôtels de 0 à 4 étoiles pour 1.500 chambres, 41campings et plus de 3.400 emplacements. En agriculture, la surface agricole représente les trois quarts de la superficie du département avec 462.000 ha. La production de canards gras se maintient avec l'élevage de 4,1 M de têtes en 2002.
Document de fond. Données chiffrées. La population du Gers est estimée à 173.213 habitants au 1er janvier 2002. Le Gers est l'un des départements français les moins peuplés. La population de la couronne périurbaine d'Auch et des communes proches de Toulouse rajeunit. Le Gers compte 87.000 logements dont 82 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages était parmi les plus faibles de la région avec 23.241 euros. En ...

GERS ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-46 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population du Lot est estimée à 163.081 habitants au 1er janvier 2002. Le Lot a gagné 4.400 habitants dans les années 90. C'est dans le canton de Souillac que le solde migratoire est le plus élevé. Le Lot compte 95.000 logements dont 72 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages qui s'élève à 23.145 euros, situe le département parmi les plus bas de métropole. Les cantons de Cahors et Figeac concentrent les ménages les plus aisés. En 2001, le salaire moyen annuel du Lot était de 15.737 euros. Dans le département, près de 10.800 personnes, dont 58 % de femmes, percevaient en 2001 l'un des minimas sociaux. Début 2002, le Lot comptait plus de 61.000 emplois, dont la moitié dans les services. L'emploi non-salarié a perdu plus de 6.000 emplois au cours des années 90, dont 5.000 dans l'agriculture qui représente cependant encore 47 % de l'emploi non-salarié du département. Le taux de chômage s'est établi à 8,6 % en 2003, avec 5.100 demandeurs d'emploi. Le secteur de l'industrie compte 1.120 établissements et emploie 9.100 salariés dont 2.400 dans l'industrie agroalimentaire. Le secteur tertiaire emploie 28.000 salariés. Le département compte 2.480 établissements commerciaux dont 65 % dans le commerce de détail. Le Lot ne dispose que de 3 hypermarchés. Les services regroupent 3.450 établissements et 20.350 salariés. Le Lot compte 163 hôtels de 0 à 4 étoiles pour environ 3.000 chambres, 108 campings et près de 7.000 emplacements. En agriculture, le nombre d'exploitations a diminué d'un tiers depuis 1988. Les exploitations de petite surface (moins de 20 ha) sont majoritaires, le soja se développe et le vignoble, en diminution, accentue la qualité.
Document de fond. Données chiffrées. La population du Lot est estimée à 163.081 habitants au 1er janvier 2002. Le Lot a gagné 4.400 habitants dans les années 90. C'est dans le canton de Souillac que le solde migratoire est le plus élevé. Le Lot compte 95.000 logements dont 72 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages qui s'élève à 23.145 euros, situe le département parmi les plus bas de métropole. Les cantons de ...

LOT ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-65 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population des Hautes-Pyrénées est estimée à 223.334 habitants au 1er janvier 2002. Le département a gagné 1.400 habitants dans les années 90. Les communes bénéficiaires sont les communes périurbaines des villes de Tarbes et Lourdes. Les Hautes-Pyrénées comptent 130.000 logements dont 72 % en résidences principales. Il y a près de 26.000 résidences secondaires dans le département. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages s'élève à 24.142 euros. C'est dans les cantons à la périphérie de Tarbes et Lourdes que les revenus sont les plus élevés. En 2001, le salaire moyen annuel des Hautes-Pyrénées était de 15.669 euros. Dans le département, près de 14.300 personnes, dont 57 % de femmes, percevaient en 2001 l'un des minimas sociaux. Début 2002, les Hautes-Pyrénées comptaient plus de 86.100 emplois, dont les trois quarts dans le tertiaire. L'emploi non-salarié s'est stabilisé à 11.700 en 2002, mais a perdu plus de 6.000 emplois au cours des années 90. Le taux de chômage s'est établi à 10,3 % en 2003, avec 7.800 demandeurs d'emploi. Le secteur de l'industrie compte 1.144 établissements et emploie 11.430 salariés dont 2.130 dans l'industrie agroalimentaire. Le secteur tertiaire emploie 44.130 salariés. Le département compte 3.300 établissements commerciaux dont près de 75 % dans le commerce de détail. Le département ne dispose que de 3 hypermarchés. Les services regroupent près de 5.400 établissements et 32.500 salariés. Les Hautes-Pyrénées comptent 461 hôtels de 0 à 4 étoiles ( dont 252 dans la ville de Lourdes) pour environ 19.500 chambres, 130 campings et un peu plus de 9.400 emplacements. A Lourdes, le tourisme religieux induit une forte fréquentation étrangère. En agriculture, le nombre d'exploitations a diminué de 30 % depuis 1988.
Document de fond. Données chiffrées. La population des Hautes-Pyrénées est estimée à 223.334 habitants au 1er janvier 2002. Le département a gagné 1.400 habitants dans les années 90. Les communes bénéficiaires sont les communes périurbaines des villes de Tarbes et Lourdes. Les Hautes-Pyrénées comptent 130.000 logements dont 72 % en résidences principales. Il y a près de 26.000 résidences secondaires dans le département. En 2000, le revenu fiscal ...

HAUTES-PYRENEES ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-81 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population du Tarn est estimée à 347.634 habitants au 1er janvier 2002. La population du département est stable depuis 25 ans, car le dynamisme démographique de l'Ouest et des cantons proches de la Haute-Garonne, compense le dépeuplement de l'Est. Le Tarn compte 167.300 logements dont 84 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages s'est élevé à 23.835 euros. Un ménage sur deux est imposé sur le revenu. En 2001, le salaire moyen annuel du Tarn était de 16.301 euros. Dans le département, près de 20.700 personnes, dont 60 % de femmes, percevaient en 2001 l'un des minimas sociaux. Début 2002, le Tarn comptait plus de 123.900 emplois. Le Tarn a perdu 8.000 emplois non-salariés au cours des années 90, mais l'emploi non-salarié s'est stabilisé à 16.500 en 2002. Le taux de chômage a atteint 10,4 % en 2003, avec 13.900 demandeurs d'emploi. Le secteur de l'industrie compte 2.699 établissements et emploie 22.240 salariés dont 3.630 dans l'industrie agroalimentaire. Le secteur tertiaire emploie 58.900 salariés. Le département compte 4.800 établissements commerciaux dont 60 % dans le commerce de détail, et dispose de 11 hypermarchés. Les services regroupent près de 6.000 établissements et 41.500 salariés.
Le Tarn compte 92 hôtels de 0 à 4 étoiles pour environ 1.750 chambres, 54 campings et un peu plus de 2.600 emplacements. En agriculture, le nombre d'exploitations a diminué de 40 % depuis 1988. Les spécialités du département sont l'élevage de bovins et d'ovins, ainsi que les grandes cultures de céréales et oléagineux.
Document de fond. Données chiffrées. La population du Tarn est estimée à 347.634 habitants au 1er janvier 2002. La population du département est stable depuis 25 ans, car le dynamisme démographique de l'Ouest et des cantons proches de la Haute-Garonne, compense le dépeuplement de l'Est. Le Tarn compte 167.300 logements dont 84 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages s'est élevé à 23.835 euros. Un ménage sur deux ...

TARN ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- n° N° 14-82 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. La population du Tarn-et Garonne est estimée à 211.501 habitants au 1er janvier 2002.Le département a gagné 5.800 habitants au cours de la dernière décennie. C'est le sud du département qui a connu la plus forte croissance démographique. Le Tarn-et Garonne compte 96.000 logements dont 85 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages s'est élevé à 23.057 euros. Les ménages les plus aisés résident en périphérie de Montauban et à la limite de la Haute-Garonne. En 2001, le salaire moyen annuel du Tarn-et Garonne était de 15.897 euros. Dans le département, un peu plus de 14.000 personnes, dont 58% de femmes, percevaient en 2001 l'un des minimas sociaux. Début 2002, le Tarn-et Garonne comptait plus de 74.900 emplois. Le département compte 11 900 emplois non-salariés, et en a perdu 6.500 au cours des années 90. Le taux de chômage a atteint 10,4 % en 2003, avec 7.800 demandeurs d'emploi. Le secteur de l'industrie compte 1.130 établissements et emploie 10.600 salariés dont 2.730 dans l'industrie agroalimentaire. Le secteur tertiaire emploie 34.100 salariés. Le département compte 2.850 établissements commerciaux dont 60 % dans le commerce de détail, et dispose de 4 hypermarchés. Les services regroupent près de 3.500 établissements et 21.650 salariés. Le Tarn-et Garonne compte 43 hôtels de 0 à 4 étoiles pour environ 900 chambres, 40 campings et un peu plus de 1.900 emplacements. En agriculture, la superficie exploitée représente 60 % de la superficie du département. 20 % des exploitations ont plus de 50 ha. L'élevage de vaches à viande progresse.
Document de fond. Données chiffrées. La population du Tarn-et Garonne est estimée à 211.501 habitants au 1er janvier 2002.Le département a gagné 5.800 habitants au cours de la dernière décennie. C'est le sud du département qui a connu la plus forte croissance démographique. Le Tarn-et Garonne compte 96.000 logements dont 85 % en résidences principales. En 2000, le revenu fiscal moyen des ménages s'est élevé à 23.057 euros. Les ménages les plus ...

TARN-ET-GARONNE ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION ; LOGEMENT ; REVENU DES MENAGES ; EMPLOI ; CHOMAGE ; INDUSTRIE ; DISTRIBUTION ; SERVICES ; TOURISME ; AGRICULTURE

... Lire [+]

U V

- 4 p

Enquête sur la qualité de vie dans les communes de l'agglomération toulousaine. Les principaux critères retenus sont le développement, la sécurité, les transports, l'environnement, les animations et loisirs, la qualité de vie, le coût de la vie. La ville de Toulouse ne fait pas partie de l'enquête.

Actualité locale et régionale ; TOULOUSE ; COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION ; URBANISME ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- 2 p

Les premiers résultats du recensement 2004 de l'Insee montrent que l'Aquitaine (+0,91 %), Midi-Pyrénées (+0,95 %) et Languedoc-Roussillon (+ 1,43 %) se situent nettement au-dessus de la moyenne nationale en matière de hausse démographique. Dans ces régions, peu fécondes et souvent âgées, c'est la force de l'excédent migratoire qui entraîne de tels niveaux de croissance.

Actualité locale et régionale ; MIDI-PYRENEES ; DEMOGRAPHIE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° 1001 - 4 p

L'enquête de recensement réalisée au début de l'année 2004 est le premier élément du nouveau dispositif quinquennal de recensement qui produira tous les ans, à partir de 2008, des résultats détaillés à tous les niveaux géographiques. Elle permet cependant d'actualiser d'ores et déjà les principales caractéristiques de la population et des logements qui avaient été établies par le recensement de 1999. Le vieillissement de la population se confirme : en 2004, une personne sur dix a 75 ans ou plus, soit deux fois plus qu'en 1962. La proportion de personnes habitant seules dans leur logement continue d'augmenter. Depuis 1999, une personne sur trois a changé de domicile, majoritairement dans le même département. Entre 1999 et 2004, le nombre de logements a progressé au même rythme qu'entre 1990 et 1999. Les logements disposent d'un nombre croissant de pièces. Avec la diminution du nombre moyen d'occupants par logement, les Français disposent donc en moyenne de plus d'espace.
L'enquête de recensement réalisée au début de l'année 2004 est le premier élément du nouveau dispositif quinquennal de recensement qui produira tous les ans, à partir de 2008, des résultats détaillés à tous les niveaux géographiques. Elle permet cependant d'actualiser d'ores et déjà les principales caractéristiques de la population et des logements qui avaient été établies par le recensement de 1999. Le vieillissement de la population se ...

Economie et Conjoncture ; FRANCE ; DEMOGRAPHIE ; POPULATION ; LOGEMENT

... Lire [+]

U V

- n° 1000 - 4 p

En tenant compte des tout premiers résultats issus de la première collecte du nouveau recensement, l'Insee est conduit à réviser à la hausse l'estimation de la population du territoire métropolitain et des départements d'outre-mer. Cette estimation est de 62 millions de personnes au 1er janvier 2004. La croissance démographique a été plus soutenue, en moyenne annuelle, entre les 1ers janvier 1999 et 2004 qu'au cours de la période 1990-1998. Elle est due, pour les trois quarts, à l'excédent des naissances sur les décès. Les régions du sud-est, du midi et de l'ouest du territoire sont le lieu des plus fortes croissances démographiques. Les régions de la moitié sud du territoire demeurent les plus attractives, tandis que la Champagne-Ardenne, le Nord - Pas-de-Calais et l'Île-de-France sont les trois régions les plus déficitaires sur le plan migratoire. Le particularisme de l'Île-de-France, siège d'un très fort excédent naturel et d'un fort déficit migratoire vis-à-vis des autres régions, est confirmé.
En tenant compte des tout premiers résultats issus de la première collecte du nouveau recensement, l'Insee est conduit à réviser à la hausse l'estimation de la population du territoire métropolitain et des départements d'outre-mer. Cette estimation est de 62 millions de personnes au 1er janvier 2004. La croissance démographique a été plus soutenue, en moyenne annuelle, entre les 1ers janvier 1999 et 2004 qu'au cours de la période 1990-1998. Elle ...

Economie et Conjoncture ; FRANCE ; DEMOGRAPHIE ; POPULATION ; LOGEMENT

... Lire [+]

U V

- 1 p

Après le dernier recensement complémentaire, la population de la ville s'élève à 5.061 habitants. Cornebarrieu est une ville en pleine expansion : outre le gros projet immobilier Monges-Croix-du-Sud prévoyant 800 logements à partir de 2007, d'autres projets de construction de taille plus modeste sont en cours de réalisation.

Actualité locale et régionale ; CORNEBARRIEU ; URBANISME ; DEMOGRAPHIE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 126 - pp 8-13 (6p)

Document de fond. Données chiffrées. En 1994 les salariés de 50 ans et plus représentaient 13 % de la population active en Midi-Pyrénées. Leur proportion et passée à 16 % en 2001. La part des seniors dans l'emploi augmente avec l'arrivée à la cinquantaine des premières générations du baby-boom. L'administration et l'éducation sont parmi les secteurs les plus âgés. Hors fonction publique les salariés sont particulièrement âgés dans la finance, les activités immobilières et dans les secteurs industriels en déclin., textile, habillement, cuir et produits minéraux. Les jeunes sont plus nombreux dans l'industrie agroalimentaire, les services et le commerce. La moitié des établissements de 10 salariés et plus sera bientôt confrontée au vieillissement de ses effectifs. Les secteurs les plus touchés par le vieillissement présentent une forte stabilité de l'emploi, comme l'aéronautique, et la pharmacie. Les travailleurs indépendant sont plus âgés que les salariés. La zone d'emploi de Toulouse est moins touchée par le vieillissement de sa main d'oeuvre.
Document de fond. Données chiffrées. En 1994 les salariés de 50 ans et plus représentaient 13 % de la population active en Midi-Pyrénées. Leur proportion et passée à 16 % en 2001. La part des seniors dans l'emploi augmente avec l'arrivée à la cinquantaine des premières générations du baby-boom. L'administration et l'éducation sont parmi les secteurs les plus âgés. Hors fonction publique les salariés sont particulièrement âgés dans la finance, ...

MIDI-PYRENEES ; POPULATION ; EMPLOI ; PERSONNE AGEE ; ECONOMIE REGIONALE

... Lire [+]

U V

- 2 p

Les nouveaux habitants qui affluent par milliers dans le Grand Sud obligent à revoir dans l'urgence l'organisation de l'activité, des transports, de l'habitat et des services. L'Insee tablait sur 3 millions d'habitants en Midi-Pyrénées en 2030. Au rythme actuel, le cap sera atteint dès 2020. Géographes et observateurs en appellent à des décisions rapides et concertées pour organiser cette mutation et éviter un développement déséquilibré du territoire.
Les nouveaux habitants qui affluent par milliers dans le Grand Sud obligent à revoir dans l'urgence l'organisation de l'activité, des transports, de l'habitat et des services. L'Insee tablait sur 3 millions d'habitants en Midi-Pyrénées en 2030. Au rythme actuel, le cap sera atteint dès 2020. Géographes et observateurs en appellent à des décisions rapides et concertées pour organiser cette mutation et éviter un développement déséquilibré du ...

Actualité locale et régionale ; MIDI-PYRENEES ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 18-09 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. Les 10 bassins de vie ruraux dont le pôle est situé en Ariège bénéficient d'un bon niveau d'équipement. Dans 7 de ces bassins, organisés autour de la préfecture, de la sous-préfecture et des pôles touristiques, la population et le nombre d'emplois sont restés stables dans la décennie 90. La population a diminué dans les bassins centrés sur Tarascon sur Ariège, Lavelanet et Le Mas d'Azil.
Panorama statistique du département : population, logements, revenus, emploi-chômage, industrie, commerces et services, tourisme, agriculture.
Document de fond. Données chiffrées. Les 10 bassins de vie ruraux dont le pôle est situé en Ariège bénéficient d'un bon niveau d'équipement. Dans 7 de ces bassins, organisés autour de la préfecture, de la sous-préfecture et des pôles touristiques, la population et le nombre d'emplois sont restés stables dans la décennie 90. La population a diminué dans les bassins centrés sur Tarascon sur Ariège, Lavelanet et Le Mas d'Azil.
Panorama statistique ...

ARIEGE ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 18-12 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. 25 bassins de vie ont leur pôle en Aveyron. Sur un axe Nord-Sud, les bassins dont le pôle est en Aveyron ont perdu des habitants dans la décennie 90, mais bénéficient tous d'un bon niveau d'équipement. A l'Est et à l'Ouest du département, la population et le nombre d'emplois organisés autour des sous-préfectures de Millau et Villefranche de Rouergue sont restés pratiquement stables. A proximité de Rodez, les bassins de Bozouls, Luc et Sébazac-Concourès sont dynamiques démographiquement mais disposent d'un faible équipement en services non concurrentiels.
Panorama statistique du département : population, logements, revenus, emploi-chômage, industrie, commerces et services, tourisme, agriculture.
Document de fond. Données chiffrées. 25 bassins de vie ont leur pôle en Aveyron. Sur un axe Nord-Sud, les bassins dont le pôle est en Aveyron ont perdu des habitants dans la décennie 90, mais bénéficient tous d'un bon niveau d'équipement. A l'Est et à l'Ouest du département, la population et le nombre d'emplois organisés autour des sous-préfectures de Millau et Villefranche de Rouergue sont restés pratiquement stables. A proximité de Rodez, les ...

AVEYRON ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 18-32 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. 18 bassins de vie ruraux ont leur pôle dans le Gers. Dans 11 de ces bassins, la population a diminué durant la décennie 90, mais le niveau d'équipement se maintient. Aux limites du département, les bassins centrés sur Gimont, Masseube, Miélan et Riscle, stabilisent leur population mais ne disposent que d'un faible équipement alors que les bassins de Fleurance et Lombez sont plutôt bien équipés. Le bassin de l'Isle-Jourdain, proche de Toulouse, conjugue dynamisme démographique et faible équipement.
Panorama statistique du département : population, logements, revenus, emploi-chômage, industrie, commerces et services, tourisme, agriculture.
Document de fond. Données chiffrées. 18 bassins de vie ruraux ont leur pôle dans le Gers. Dans 11 de ces bassins, la population a diminué durant la décennie 90, mais le niveau d'équipement se maintient. Aux limites du département, les bassins centrés sur Gimont, Masseube, Miélan et Riscle, stabilisent leur population mais ne disposent que d'un faible équipement alors que les bassins de Fleurance et Lombez sont plutôt bien équipés. Le bassin de ...

GERS ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 18-47 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. Les 10 bassins de vie ruraux dont le pôle est situé dans le Lot bénéficient presque tous d'un bon niveau d'équipement. Dans 7 de ces bassins, la population et le nombre d'emplois sont restés pratiquement stables dans la décennie 90, c'est le cas notamment des bassins organisés autour de la préfecture, des sous-préfectures et des pôles touristiques. La population a diminué dans les bassins d'emploi centrés sur Saint-Céré et Puy-l'Evêque. Le bassin de Prayssac allie dynamisme démographique et de l'emploi, mais est moins bien doté en équipements non concurrentiels.
Panorama statistique du département : population, logements, revenus, emploi-chômage, industrie, commerces et services, tourisme, agriculture.
Document de fond. Données chiffrées. Les 10 bassins de vie ruraux dont le pôle est situé dans le Lot bénéficient presque tous d'un bon niveau d'équipement. Dans 7 de ces bassins, la population et le nombre d'emplois sont restés pratiquement stables dans la décennie 90, c'est le cas notamment des bassins organisés autour de la préfecture, des sous-préfectures et des pôles touristiques. La population a diminué dans les bassins d'emploi centrés sur ...

LOT ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 18-65 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. Les 14 bassins de vie ruraux dont le pôle est situé dans les Hautes-Pyrénées bénéficient presque tous d'un bon niveau d'équipement. Dans six de ces bassins, situés au sud et au nord du département, la population et le nombre d'emplois sont restés pratiquement stables dans la décennie 90. La population a diminué dans les bassins centrés sur Bagnères-de-Bigorre, Castelnau-Magnoac, Lannemezan, Lourdes, Luz-Saint-Sauveur, Saint-Laurent-de-Neste et Trie-sur-Baïse. Le bassin d'Ibos, proche de Tarbes et de petite taille conjugue stabilité démographique et faible équipement.
Panorama statistique du département : population, logements, revenus, emploi-chômage, industrie, commerces et services, tourisme, agriculture.
Document de fond. Données chiffrées. Les 14 bassins de vie ruraux dont le pôle est situé dans les Hautes-Pyrénées bénéficient presque tous d'un bon niveau d'équipement. Dans six de ces bassins, situés au sud et au nord du département, la population et le nombre d'emplois sont restés pratiquement stables dans la décennie 90. La population a diminué dans les bassins centrés sur Bagnères-de-Bigorre, Castelnau-Magnoac, Lannemezan, Lourdes, ...

HAUTES-PYRENEES ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 18-81 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. 13 bassins de vie ruraux ont leur pôle situé dans le Tarn. Les bassins de l'Ouest du Tarn bénéficient d'un bon niveau d'équipement. Leur population et leur nombre d'emplois sont restés stables dans la décennie 90. La population a diminué dans les bassins centrés sur Carmaux, Graulhet, Lacaune et Mazamt. Celle des bassins localisés à proximité de Castres et d'Albi est restée stable mais ne dispose localement que d'un faible équipement. Le bassin de Saint-Sulpice, proche de Toulouse conjugue stabilité démographique et faible équipement.
Panorama statistique du département : population, logements, revenus, emploi-chômage, industrie, commerces et services, tourisme, agriculture.
Document de fond. Données chiffrées. 13 bassins de vie ruraux ont leur pôle situé dans le Tarn. Les bassins de l'Ouest du Tarn bénéficient d'un bon niveau d'équipement. Leur population et leur nombre d'emplois sont restés stables dans la décennie 90. La population a diminué dans les bassins centrés sur Carmaux, Graulhet, Lacaune et Mazamt. Celle des bassins localisés à proximité de Castres et d'Albi est restée stable mais ne dispose localement ...

TARN ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° N° 18-82 - pp 1-8 (8p)

Document de fond. Données chiffrées. 13 bassins de vie ruraux ont leur pôle situé dans le Tarn-et-Garonne. Les bassins qui sont proches de Montauban ou de l'agglomération toulousaine ont un niveau d'équipement relativement faible. Les bassins centrés sur Castelsarrasin et Caussade ont maintenu leur population et l'emploi dans la décennie 90 et bénéficient d'un bon équipement. Aux limites du département, la population a baissé dans les bassins de Valence, Lauzerte et Saint-Antonin-Noble-Val, mais ces trois bassins conservent un bon niveau d'équipement. Les bassins de Grisolles et Labastide-Saint-Pierre proches de Toulouse conjuguent stabilité démographique et faible équipement.
Panorama statistique du département : population, logements, revenus, emploi-chômage, industrie, commerces et services, tourisme, agriculture.
Document de fond. Données chiffrées. 13 bassins de vie ruraux ont leur pôle situé dans le Tarn-et-Garonne. Les bassins qui sont proches de Montauban ou de l'agglomération toulousaine ont un niveau d'équipement relativement faible. Les bassins centrés sur Castelsarrasin et Caussade ont maintenu leur population et l'emploi dans la décennie 90 et bénéficient d'un bon équipement. Aux limites du département, la population a baissé dans les bassins ...

TARN-ET-GARONNE ; ECONOMIE REGIONALE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- 1 p

L'agglomération toulousaine est l'une des moins denses de France, mais elle accueille plus de 10.000 habitants par an. Yvan Castera, directeur d'études à l'AUAT a déclaré que la densité n'était pas synonyme de hauteur et qu'il était possible de réaliser des quartiers denses en travaillant sur la continuité des bâtiments et pas forcément sur la hauteur. L'AUAT va présenter un ouvrage qui répertorie l'ensemble des formes urbaines sur Toulouse et organise une exposition "Intencités urbaines" sur des formes urbaines de 30 agglomérations françaises.
L'agglomération toulousaine est l'une des moins denses de France, mais elle accueille plus de 10.000 habitants par an. Yvan Castera, directeur d'études à l'AUAT a déclaré que la densité n'était pas synonyme de hauteur et qu'il était possible de réaliser des quartiers denses en travaillant sur la continuité des bâtiments et pas forcément sur la hauteur. L'AUAT va présenter un ouvrage qui répertorie l'ensemble des formes urbaines sur Toulouse et ...

Actualité locale et régionale ; Aménagement du Territoire et développement local ; TOULOUSE ; URBANISME ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- n° 1028 - 4 p

Entre 1999 et 2004, les changements de résidence ont été plus fréquents qu'entre 1990 et 1999. Les changements de région ont augmenté. En province, la moitié de ces migrations s'effectuent entre régions limitrophes. Les régions du sud et de l'ouest restent les plus attractives, tandis que c'est l'inverse pour celles du nord, de la Basse-Normandie à la Franche-Comté, en particulier pour l'Île-de-France. La région capitale rassemble 40 % des flux migratoires. Si les départs de la région capitale restent plus nombreux que les arrivées, elle demeure cependant un pôle d'attraction pour les jeunes adultes. À l'inverse, les familles et les retraités la quittent et se dirigent vers les régions proches du bassin parisien ou vers celles de l'ouest et du sud du pays.
Entre 1999 et 2004, les changements de résidence ont été plus fréquents qu'entre 1990 et 1999. Les changements de région ont augmenté. En province, la moitié de ces migrations s'effectuent entre régions limitrophes. Les régions du sud et de l'ouest restent les plus attractives, tandis que c'est l'inverse pour celles du nord, de la Basse-Normandie à la Franche-Comté, en particulier pour l'Île-de-France. La région capitale rassemble 40 % des flux ...

Economie et Conjoncture ; DEMOGRAPHIE ; POPULATION ; MIGRATION INTERNE

... Lire [+]

U V

- n° 83 - 6 p

Les résultats issus de l'exploitation de l'enquête de recensement 2004, première du nouveau dispositif, montrent la forte attractivité de Midi-Pyrénées sur les habitants des autres régions métropolitaines, notamment les régions voisines et l'Île-de-France. Ils confirment le vieillissement de la population ainsi que l'augmentation du nombre de personnes vivant seules et la diminution du nombre moyen d'occupants par logement. L'essentiel de la croissance démographique résulte, comme au cours de la décennie précédente, d'arrivées beaucoup plus nombreuses que les départs et l'apport migratoire s'amplifie, les échanges migratoires entre Midi-Pyrénées et chacune des autres régions de France se faisant tous au bénéfice de la région. Comme les autres régions du sud de la France, Midi-Pyrénées bénéficie de soldes migratoires positifs à tous les âges. Les entrants sont nettement plus jeunes en Midi-Pyrénées que dans la plupart des autres régions, et notamment que dans les autres régions très attractives. Pour importants qu'ils soient, ces mouvements ne jugulent pas les grandes tendances démographiques à l'oeuvre dans la région, et notamment le vieillissement de la population de Midi-Pyrénées.
Les résultats issus de l'exploitation de l'enquête de recensement 2004, première du nouveau dispositif, montrent la forte attractivité de Midi-Pyrénées sur les habitants des autres régions métropolitaines, notamment les régions voisines et l'Île-de-France. Ils confirment le vieillissement de la population ainsi que l'augmentation du nombre de personnes vivant seules et la diminution du nombre moyen d'occupants par logement. L'essentiel de la ...

Actualité locale et régionale ; MIDI-PYRENEES ; DEMOGRAPHIE ; POPULATION

... Lire [+]

U V

- 2 p

L'étude réalisée par les chercheurs de l'Université du Mirail renverse les idées reçues : les nouveaux arrivants à Toulouse sont la plupart jeunes, mais plus souvent employés-ouvriers que cadres de haut niveau. Entre 1990 et 1999, ce sont 230.282 nouveaux arrivants qui ont été recensés, 127.671 sont partis dans la même période : 31 % ont quitté l'aire urbaine mais sont restés en Midi-Pyrénées.
L'étude réalisée par les chercheurs de l'Université du Mirail renverse les idées reçues : les nouveaux arrivants à Toulouse sont la plupart jeunes, mais plus souvent employés-ouvriers que cadres de haut niveau. Entre 1990 et 1999, ce sont 230.282 nouveaux arrivants qui ont été recensés, 127.671 sont partis dans la même période : 31 % ont quitté l'aire urbaine mais sont restés en Midi-Pyrénées.

Actualité locale et régionale ; TOULOUSE ; POPULATION

... Lire [+]

Z